Zahra Iyane Thiam compte mettre fin à l’immigration des jeunes dans le sud du pays

0
13

Après l’étape de Kolda, Zahra Iyane Thiam, ministre de la Microfinance et de l’Économie sociale et solidaire, a fait cap sur Sédhiou, ce vendredi 26 juillet, dans l’après-midi. Ce, pour partager le dispositif d’accompagnement et d’assistance technique du programme de la Plasepri (Plateforme d’appui au secteur privé et à la valorisation de la diaspora sénégalaise en Italie), phase II. Ici également, Mme le ministre a dégagé 200 millions de francs afin de financer les projets formulés par les groupements de femmes et de jeunes de la région. Et précise que cette enveloppe est un financement indirect qui se fait en collaboration avec les institutions de microfinance de la place.

Mais, pour la région de Sédhiou, Zahra Iyane Thiam estime qu’«il faut une approche plus spécifique». Parce que, soutient-elle, «dans le cadre de l’inclusion financière, il faudra voir comment augmenter l’offre de service notamment ancrée au niveau de Sédhiou».

Selon elle, pour aller également dans «l’inclusion financière, comme elle a été indiquée» par le président de la République, Macky Sall, «il faudra, pour chaque entreprise individuelle, trouver les mécanismes adaptés à sa situation ou à ses besoins». Et pour ce faire, Mme le ministre estime que les institutions de microfiance isolées «peuvent beaucoup contribuer» à l’accès de financement de proximité.

«Tous les secteurs sont éligibles»

Face à la préoccupation de certains participants qui pensaient que la phase II de la Plasepri n’a pas pris en compte l’artisanat, Zahra Iyane Thiam signale que «tous les secteurs d’activité sont pris en compte» par le projet dont la durée d’exécution est étalée sur 5 ans. Mais, avec le mode «Fast track», la ministre de la microfinance veut raccourcir ce délai.

«Un ouf de soulagement pour les populations»

La rencontre a noté la présence du Gouverneur de la région de Sédhiou, Habib Léon Ndiaye, du maire de Sédhiou, Abdoulaye Diop, du président de la Chambre de métiers, Kadry Barro, du représentant du président du Conseil départemental de Sédhiou, entre autres. Et pour ce dernier, la Plasepri II sera «un ouf de soulagement pour les populations notamment, pour les jeunes qui sont revenus de l’émigration clandestine».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici