Qui est Dr Li: Itinéraire du lanceur d’alerte…

0
This image from video, shows a selfie of Dr. Li Wenliang. The Chinese doctor who got in trouble with authorities in the communist country for sounding an early warning about the coronavirus outbreak died Friday, Feb. 7, 2020, after coming down with the illness. The Wuhan Central Hospital said on its social media account that Dr. Li, a 34-year-old ophthalmologist, was “unfortunately infected during the fight against the pneumonia epidemic of the new coronavirus infection.” (AP Photo)

  • 30 décembre En fin d’après-midi, Li Wenliang poste un message sur WeChat à l’attention de ses camarades médecins pour les prévenir que sept patients sont en quarantaine à l’hôpital. Les malades ont été infectés, écrit-il, par un coronavirus ressemblant au Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) sur le marché aux fruits de mer de Wuhan. Sept autres médecins partagent alors l’information, et sont convoqués par la police avec le docteur.
  • 1er janvier : Les huit lanceurs d’alertes sont accusés d’avoir propagé des rumeurs. Ils doivent s’engager par écrit à ne plus recommencer. « Nous vous avertissons solennellement que si vous continuez, vous serez punis par la loi », stipule le document montré par le médecin sur son lit d’hôpital. La télévision centrale de Chine évoque l’arrestation de personnes accusées de « partager de fausses informations » à Wuhan.
  • 7 janvier : Li Wenliang accorde une interview au magazine d’investigation Caixin : « Une société en bonne santé ne devrait pas avoir une seule voix ».
  • 11 janvier : Le médecin tousse, il est fiévreux et hospitalisé le lendemain : « À ce moment j’étais confus,explique-t-il, car le gouvernement continuait de répéter qu’il n’y avait pas de transmission interhumaine et qu’aucun membre du corps médical n’avait été contaminé ».
  • 28 janvier La Cour suprême de justice à Pékin estime que le peuple aurait été mieux défendu face à l’épidémie si la « rumeur » propagée par le docteur Li Wenliang avait été prise au sérieux. Le lendemain, le gouvernement de Wuhan tente de se dédouaner en affirmant que les huit lanceurs d’alerte n’ont pas été arrêtés mais simplement « repris » pour avoir fait une erreur en employant le terme « Sras ». Ces excuses, qui n’en sont pas, déclenchent une avalanche de critiques sur les réseaux sociaux.
     
  • 7 février: L’hôpital central de Wuhan annonce le décès de Li Wenliang. Le médecin a été testé positif au coronavirus depuis déjà six jours. Le docteur Li « a malheureusement été infecté dans la lutte contre la nouvelle épidémie de pneumonie à coronavirus, et tous les efforts pour le sauver ont échoué, dit le communiqué publié sur le compte Weibo de l’hôpital. Nous exprimons nos profonds regrets et nos condoléances ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici