Les jeunes de l’ASBEF en colère ne veulent plus de la Directrice Myriam Mingou et exigent son départ

0

Samseinfos Le Mouvement d’Action des Jeunes de l’Association Sénégalaise pour le Bien-Etre Familial (ASBEF) est sorti dans la rue pour informer et de sensibiliser l’opinion sur la crise institutionnelle qui menace l’existence de l’ASBEF depuis bientôt une année. Les membres dudit mouvement ont marché pacifiquement, ce vendredi 07 février 2020, pour exiger le départ de la Directrice Exécutive, Myriam Makéba Mingou.

« Nous exigeons le départ de la Directrice exécutive. Une personne incompétente qui a fini de montrer ses limites. Elle a élu sa présidente nationale frauduleusement, la Directrice de SUNU Assurances, Mme Adjaratou Khady Ndaw Sy, et elle veut le départ de nos partenaires. Elle a fait des détournements à ASBEF, qui est une association sénégalaise pour le bien-être familial et non pour le bien-être personnel », martèle Absa Hanne Présidente du mouvement d’Action des Jeunes de l’Asbef.

Mieux, ajoute Absa Hanne, « elle a licencié 14 individus du personnel. Parce qu’il n’y a plus de fonds à la structure. Nous réclamons justice. Car le dossier est sur la table du Procureur depuis le mois de mai 2019. Il faut que l’Etat réagisse, que justice soit faite. Si elle ne quitte pas, les prochaines étapes seront plus dures ».

Dans leur communiqué du 06 février, les jeunes de l’Asbef informent que le contrat de Mme Mingou est arrivé à son terme le 02 Janvier 2020, et depuis son licenciement lui a été signifié par le Comité Intérimaire de Gouvernance. « En effet, cette instance est la seule légitime à engager désormais l’ASBEF puisque issue de l’Assemblée Générale Extraordinaire tenue à Dakar le 28 décembre 2019. La tenue de cette réunion été rendue possible grâce à la signature massive d’une pétition par les volontaires, membres de l’ASBEF », lit-on dans le document.

Mais le conseil d’administration du mouvement s’inscrit en faux. «Toutes ces accusations de l’UCCF sont fausses, parce que l’UCCF devrait s’asseoir autour d’une table avec le conseil d’administration de l’ASBEF pour les parties prenante prendront les décisions qui s’imposent. Mais si l’Asbef accuse la Directrice, alors que c’est moi-même qui avais signé sa suspension en tant que Vice-président par intérimaire au contrat. Il se trouve qu’on m’a amené en justice et on nous a montré les questions de droit. Donc, je suis obligé de respecter et c’est ce que je demande à tout le monde.» tonne Malaw Sow dans RFM.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici