Burkina Faso : ce qu’il faut retenir du dialogue politique entamé par Roch Marc Christian Kaboré

0
27

Après une semaine de débats, majorité présidentielle et opposition burkinabè sont tombés d’accord sur le maintien des élections de 2020 et l’urgence de renforcer la sécurité et la cohésion sociale. Certains analystes et opposants s’interrogent néanmoins sur l’enjeu réel de ce consensus.

Majorité et opposition sont rarement unanimes sur les méthodes à adopter pour les grandes questions politiques. Cette fois-ci, pourtant, après une semaine d’intenses débats achevés lundi, un consensus a été trouvé entre les représentants des partis de la majorité présidentielle et ceux de l’opposition invités au dialogue initié par le chef de l’État, Roch Marc Christian Kaboré. Élections couplées de 2020, crises sécuritaire et intercommunautaire, réconciliation et relance économique… la quasi-totalité des points ont fait l’objet d’un consensus.

« Politiquement, c’est extrêmement important que les acteurs politiques se parlent. Très souvent, l’absence de dialogue et les malentendus font le lit des crises. On constate qu’un consensus a été trouvé sur la quasi-totalité des points. Cela remet désormais les pendules à l’heure et conforte la légitimité du chef de l’État », commente Louis Armand Ouali, diplomate et homme politique.

Sur la question des élections, les participants au dialogue se sont accordés sur le maintien du calendrier électoral qui prévoit la tenue des élections couplées – législatives et présidentielle – en 2020, conformément aux dispositions constitutionnelles. En revanche, le code électoral, lui, devra subir de légères modifications avant d’être relu en profondeur une fois la nouvelle Constitution en vigueur.

Un référendum avant 2020 ?

L’opposition politique a toutefois réfuté le couplage du référendum pour l’adoption de ce texte fondamental à toute autre élection. « Nous avons demandé au chef de l’État de faire attention et de tout faire pour que ce ne soit pas couplé à une autre élection, explique Zéphirin Diabré, patron de l’opposition burkinabè. Le référendum est une initiative du chef de l’État, avec qui il faut voir le calendrier. L’opposition a bien fait comprendre qu’elle ne souhaitait pas qu’il y ait un triplage. Donc cela montre bien qu’il faut qu’on laisse le sujet en débat pour que nous puissions ensuite trouver une autre date ».

De fait, les acteurs politiques confient au président Roch Marc Christian Kaboré la responsabilité de déterminer la période de la tenue de ce référendum. Probablement avant les échéances de l’an prochain. « Techniquement, ce sera difficile. Mais politiquement, si le chef de l’État parvient à organiser le référendum avant les échéances de 2020, ça sera un point en plus pour son mandat », glisse un cadre de la majorité, qui rappelle que la nouvelle Constitution est une promesse électorale.Accédez en illimité à Jeune Afrique DigitalAccès à tout le site web – 2 applis – 1 édition digitale – 2 newsletters Pour 7,99€/mois

Alors que le vote des Burkinabè de l’extérieur rencontre l’aval des acteurs, un désaccord est apparu concernant la carte consulaire biométrique, en cours notamment en Côte d’Ivoire qui accueille plus de 3 millions de Burkinabè, utilisé comme document de votation. « L’opposition l’a rejetée pour des raisons politiques. Il fallait bien qu’elle reparte avec un point d’opposition », explique notre source issue de la majorité.

Vers une formation d’union nationale ?

D’autres restent plus mesurés sur la portée réelle de ce consensus. « Ce consensus général me paraît assez étonnant de prime abord dans la situation de clivages actuels [sécuritaire, fronde sociale, etc.]. La formulation des conclusions reste vague. Sur le quota en fonction du genre, par exemple, les recommandations du dialogue annoncent un positionnement alterné sur les listes de candidature et le maintien du quota de 30%, mais en même temps la suppression de la sanction en cas de non-respect de cette mesure. C’est un recul », fustige l’analyste politique burkinabè Siaka Coulibaly.

D’après nos informations, ce dialogue initié par le chef de l’État viserait à préparer le terrain pour mettre en place une formation d’union nationale. « J’ai entendu cette rumeur, mais je ne peux pas la confirmer », glisse l’entourage du président burkinabè. Interrogé par Jeune Afrique sur la question, Siaka Coulibaly évoque cette éventualité comme raison principale de ce dialogue. « C’est possible, d’autant plus que la classe politique n’a pas voulu exprimer publiquement les vraies raisons de ce dialogue qui pourraient porter sur la formation d’un gouvernement d’union nationale ou même les stratégies électorales de 2020 », conclut Siaka Coulibaly.

La société civile qui, elle, n’était pas conviée à cette rencontre attend le second dialogue politique ouvert à toutes les forces vives de la nation comme le suggèrent les conclusions. « Cette rencontre était un calcul politique. Ils l’ont voulu dans ce format et nous le respectons. Nous ne sommes pas contre le fait que certains acteurs discutent entre eux, avant un dialogue ouvert à tous », estime pour sa part Serge Bambara, alias Smockey, un des fondateurs du Balai citoyen. « Mais si cette rencontre a lieu comme promis, nous saisirons l’occasion pour donner notre avis et faire nos propositions », ajoute-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici